Le Focus sur les femmes Déclaration de Kampala: les femmes ougandaises appellent à l’action contre le VIH / SIDA

Les médecins, les chercheurs, les gouvernements et les organisations mondiales de la santé devraient reconnaître le rôle crucial des personnes séropositives et de leurs familles dans la lutte contre l’épidémie de sida. Sans les personnes séropositives, les chercheurs ne peuvent pas faire leur travail. C’est l’une des raisons pour lesquelles vous devez travailler pour nous garder en vie. Nous sommes également les experts dans nos communautés sur la façon dont l’infection par le VIH affecte les individus et leurs familles. Nous devrions être formés en tant que conseillers non professionnels et formateurs, et mettre en œuvre des programmes, et nous devrions siéger aux conseils consultatifs communautaires pour tous les efforts de recherche, y compris la recherche sur les options de prévention de la mère à l’enfant. Nous appelons le gouvernement de l’Ouganda à créer un mécanisme permettant aux communautés de discuter avec le Ministère de la Santé de ses projets de prévention de la transmission mère-enfant et d’impliquer les personnes et organisations séropositives dans la prise de décision sur la conception de ces programmes. Nous avons entendu parler de la névirapine et d’autres schémas thérapeutiques pour prévenir la transmission de la mère à l’enfant. Nous appelons le monde à reconnaître que vous ne pouvez pas parler de prévention sans traitement. Vous devez traiter le nombre de personnes déjà infectées. Les soins de santé sont un droit humain qui s’étend à toutes les personnes, y compris celles qui sont séropositives. Les femmes ne sont pas des incubateurs pour les bébés. Nous méritons un traitement de notre propre chef. En outre, le traitement des femmes peut être le moyen le plus efficace de réduire la transmission du VIH de la mère à l’enfant et de garder nos enfants et nos partenaires en vie. Nous avons entendu parler des difficultés rencontrées par les hommes et les femmes. Le moment où vous dites qu’il y a un traitement, nous sortirons. Avec le traitement et l’éducation, nous pouvons gérer ces schémas, comme tous les hommes, femmes et enfants qui en ont besoin en Afrique et dans le monde. Le VIH n’est pas seulement une condition médicale. De nombreux services et soutiens sociaux doivent être mis en place. Nous appelons le gouvernement ougandais et les organisations internationales de santé à travailler avec les femmes et les groupes séropositifs sur les objectifs clés suivants: autonomisation économique, sociale et politique des femmes. Mise en œuvre de mesures strictes contre la violence sexiste, y compris le viol et la violence domestique, et abus sexuel des enfants. Promotion de la paix et des bonnes relations dans le pays et dans les pays voisins.Reconnaissance des voix des femmes dont les partenaires font partie de l’armée et des autres forces de sécurité. Plan global de prise en charge des orphelins et de tous les enfants infectés ou affectés par le VIH, y compris les frais de scolarité pour les enfants séropositifs qui ne sont pas moins éduqués Un plan d’éducation scolaire qui propose des programmes appropriés sur la prévention de la transmission de la mère à l’enfant et le VIH aux filles et aux garçons, ainsi qu’aux jeunes hommes et femmes, afin qu’ils disposent des informations dont ils ont besoin pour Rester en vie.Matériel efficace pour sensibiliser la communauté aux problèmes de santé reproductive et au VIH. Cette information devrait être disponible dans toutes les langues, y compris le braille et la langue des signes, et devrait être disponible gratuitement dans les zones rurales, ainsi que les services de santé pour les communautés dans ces villages. Des préparations pour nourrissons gratuites sont mises à la disposition de tous au moins la première année de la vie d’un nourrisson. Sécurité et possibilités de formation pour toutes les personnes, y compris les hommes et les femmes vivant avec le VIH et le SIDA.Confidentialité sur les diagnostics du VIH.Poursuivre la recherche sur des médicaments et régimes plus simples et moins chers Nous invitons les chercheurs à travailler en collaboration avec les guérisseurs traditionnels pour reconnaître leurs découvertes et obtenir des informations sur les remèdes traditionnels, plutôt que d’ignorer leur contribution aux soins des personnes vivant avec le VIH. Enfin, les personnes vivant avec le VIH et leurs alliés appelle fortement toutes les communautés et en particulier les décideurs à cesser d’utiliser un langage abusif et péjoratif qui rabaisse la position des personnes vivant avec le VIH. La stigmatisation est un autre obstacle à notre lutte pour l’égalité des droits et l’accès au traitement et nous devons tous travailler ensemble pour la combattre à tous les niveaux.