Risque d’effets gastro-intestinaux avec les inhibiteurs de la COX-2 et les AINS

Rédacteur — Les conclusions tirées par Hippisley-Cox et al ne reflètent pas fidèlement les données tel que présenté.1 Cette étude a révélé des différences importantes entre le célécoxib et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) étudiés en termes de risque d’effets gastro-intestinaux indésirables. Plus précisément, le célécoxib était le seul traitement qui n’augmentait pas significativement le risque de tels événements indésirables (risque relatif ajusté 1,11, intervalle de confiance à 95% 0,87 à 1,41) par rapport aux patients du groupe contrôle. Les auteurs rapportent que le nombre de patients recevant le célécoxib était faible, mais la limite supérieure de l’IC à 95% pour le célécoxib est inférieure aux limites inférieures pour le naproxène (1,73), le diclofénac (1,78), les autres AINS (1,43) et l’aspirine ( 1,49) — en supportant l’innocuité gastro-intestinale relative du célécoxib. Les résultats sont en accord avec les résultats d’autres études. Les AINS augmentent généralement de deux fois à quatre fois les risques de saignement gastro-intestinal hernie discale. Par exemple, Mamdani et al ont étudié 1,3 million de patients âgés dans la population canadienne et ont constaté que le célécoxib n’était pas associé à un risque accru d’admission pour une hémorragie gastro-intestinale, contrairement au risque significativement accru observé avec d’autres AINS2. ainsi que son communiqué de presse, ne reconnaissent pas pleinement les différences de sécurité que les données ont montré parmi les diverses options de traitement de l’arthrite. Dans cette étude, le célécoxib a le plus faible risque de complications gastro-intestinales et des informations importantes pour les médecins et les patients qui prennent des décisions de santé.