Surmonter la peur de parler en public avec « L’art du rire »

Ce billet a été initialement publié sur le blog « In the Loop » http://suhagra4ed.com.

Selon certaines enquêtes de peur américaines (oui, il y a vraiment de telles choses), nous les gens ont peur de parler en public plutôt que de se retrouver nez à nez avec des serpents (ou des clowns), plus que de balancer des hauteurs extrêmes. . . même plus que de mourir.

Pendant des années, vivre avec cette peur était le monde de Nhien Chau. Sa crainte de parler en public était si grave, il dit qu’il a commencé à interférer avec sa capacité à communiquer avec des collègues du laboratoire de génétique biochimique à la clinique Mayo. «L’anglais n’a jamais vraiment été ma langue maternelle, alors j’ai toujours été gêné et inquiet à l’idée que d’autres personnes puissent comprendre ce que je dis ou essaie de dire», nous dit Nhien, technologue de laboratoire clinique.

Un jour, alors que Nhien se lamentait avec un collègue, son collègue lui proposa de se joindre à Rochester Chamber Toastmasters, une filiale locale de Toastmasters International sponsorisée par la Chambre de Commerce de Rochester. « Elle a dit qu’elle se joindrait à moi pour que nous puissions surmonter nos peurs ensemble », dit Nhien.

Nhien nous dit qu’au début il y avait beaucoup de peur à surmonter. « Au début, c’était vraiment effrayant », dit-il. « Tout était très nouveau pour moi, je n’avais jamais fait partie d’un groupe organisé comme celui-ci, c’est très formel. »

Mais aussi « très bien organisé », nous dit Nhien. « Tout le monde dans le groupe a un rôle », dit-il. «Nous avons un chronomètre pour chronométrer les discours, nous avons un grammairien et nous avons même un compteur« ah et um »pour compter nos« ah et ums ».

Ce fut une expérience d’apprentissage formidable, dit-il. C’est aussi un excellent catalyseur d’amélioration. Surtout après que Nhien ait décidé de se sortir de sa zone de confort en participant à son premier concours de discours au niveau club l’automne dernier. « J’étais si nerveux que j’ai oublié une partie de ce que j’allais dire », nous dit-il. « Donc, je n’ai pas gagné celui-là. »

Il est cependant arrivé en deuxième position, ce qui a suffi pour le propulser à un autre tour de compétition plus tôt ce printemps. « Et à ma grande surprise, je suis allé jusqu’au niveau du district », dit Nhien.

Nhien l’a fait avec un discours intitulé «L’art de rire», qu’il nous dit est destiné à répandre un message de ne pas se prendre soi-même – et nos problèmes perçus dans la vie – trop au sérieux. « J’ai toujours été un peu pessimiste et j’ai toujours beaucoup inquiété », dit-il. « Mais en vieillissant, j’ai pu revenir sur la plupart de ces soucis et me rendre compte que ce n’était pas vraiment un gros problème, alors je voulais juste faire quelque chose pour partager ça avec d’autres et aidez-les à réaliser que tout va bien se passer à la fin de la journée. « 

Dans son discours, Nhien parle de surmonter les peurs – de conduire (et de stationner en parallèle) et de parler en public – en reconnaissant que ces tensions et ces peurs font partie de la vie. Et comment il a converti les « voix apocalyptiques » dans sa tête en une « chanson rieuse » qu’il appelle, « The Hee Haw » chanson. Apprenez comment Nhien a appris à rire de ses peurs en regardant son discours complet (avec une chanson et une danse très divertissantes) ici.